Nous sommes plus d’un Français sur deux à nous plaindre de troubles du sommeil. Et, 10 millions d’entre nous avons recours à des somnifères. Mais voilà : qu’ils soient délivrés sous prescription médicale ou en vente libre, de nombreux produits hypnotiques cumulent des effets secondaires, dont certains gravissimes. Les rédacteurs du magazine 60 millions de consommateurs tirent d’ailleurs la sonnette d’alarme et mettent en garde sur les effets secondaires des somnifères avant de se tourner vers tel ou tel produit. Bien qu’il soit plus judicieux d’en parler avec notre médecin traitant, il existe pourtant une tout autre alternative, saine et sans effets négatifs : le matelas. Le matelas est le produit idéal pour détendre les muscles, soulager les zones douloureuses et favoriser un sommeil de qualité. Dès lors, mieux vaut y réfléchir à deux fois pour faire un choix intelligent. Pour nous aider, voici les critères les plus importants à prendre en compte avant de se lancer dans un achat. Gros plan sur le maillon fort de notre sommeil.

Les points clés pour bien choisir un matelas

Sélection du meilleur matelas : la fermeté

Composante essentielle de la qualité du sommeil, le soutien du matelas n’est pas à prendre à la légère. C’est de loin, le critère le plus important pour trouver le matelas idéal parmi une large sélection des meilleurs matelas. Conditionné par le type de suspension et la densité du matelas, le matelas peut être ferme, souple ou médium. Pour cela, la densité se choisit en fonction de la morphologie. Le matelas doit garder la colonne vertébrale alignée et, ne pas donner la sensation d’être trop mou ou trop dur une fois allongé. En règle générale, plus la taille et la corpulence sont faibles, plus le matelas sera souple. À l’inverse, plus la personne est grande et présente une morphologie importante, plus le soutien sera ferme. Rien de tel donc à l’image des collants, de se référer à la grille poids/taille du fabricant pour trouver le bon soutien.

Sélection du meilleur matelas : le garnissage

En termes de fermeté, le soutien du matelas dépend de la suspension. Et si ce critère influence la qualité du sommeil, le confort du matelas l’est quant à lui favoriser dépendamment du garnissage. Le garnissage du matelas doit en effet éliminer la transpiration (nous transpirons en moyenne quelques 40 cl de sueur chaque nuit soit 150 litres par an), réguler la température, assurer la ventilation de la literie, mais aussi absorber les mouvements et atténuer les tensions. Les garnissages sont regroupés en deux catégories : les synthétiques et les naturels. 

Le garnissage synthétique propose un accueil dynamique, mais présente un pouvoir absorbant faible. Il est alors déconseillé aux personnes qui transpirent beaucoup. Pour autant, certaines technologies assurent une meilleure circulation de l’air et un accueil moelleux. Dans tous les cas, le garnissage synthétique est à privilégier pour les personnes allergiques.

Les garnissages naturels sont nombreux. Le garnissage en bambou est confortable, naturellement antiacarien, antibactérien et antifongique. Si l’accueil est moelleux et confortable, celui en coton l’est aussi. Présentant un pouvoir absorbant important (jusqu’à 8 fois et demie son poids en eau). Respirant, mieux vaut préférer un garnissage en coton issu de la culture bio, pour éviter le contact avec des pesticides. La soie elle, offre un accueil moelleux, naturellement hypoallergénique, antiacarien, mais aussi, assure une thermorégulation parfaite. Pour un accueil dynamique, rien de tel que la fibre de coco, bien qu’elle augmente la fermé du matelas. Le garnissage en laine dispose d’une face été et d’une face hiver. Son moelleux est des plus agréables. De qualité supérieure, le garnissage en laine mérinos est la Rolls des garnissages. Pour finir, le garnissage en laine alpaga est à privilégier pour les personnes frileuses. Bien entendu, il existe aussi d’autres garnissages prestigieux, en cachemire, en crin de cheval ou encore en poil de chameau. 

Sélection du meilleur matelas : la taille 

Bien dormir est essentiel, voire indispensable pour la récupération de notre corps et de l’esprit. S’il nous faut être vigilants sur la fermeté, le garnissage, il convient aussi de ne pas négliger la taille du matelas. Pour que les pieds ne dépassent pas du lit, pour pouvoir se retourner et se tourner sans tomber du lit, là encore, il faut prendre en compte la morphologie. En général, les dimensions standards pour un matelas 1 personne sont de 90 à 190 cm et, de 140×190 cm pour deux. Le tout est de veiller à ce que le matelas soit supérieur au minimum de 20 cm à la taille. Bien entendu, s’il existe de dimensions standards selon la morphologie de chacun, il existe aussi des matelas sur-mesure. 

Sélection du meilleur matelas : la suspension

Exit le matelas de grand-mère, déformé, abîmé. Dès les moindres signes, mieux vaut le changer. D’ailleurs, il est d’usage de ne pas excéder les 10 ans pour en changer. Côté suspension, les ressorts ensachés sont les plus agréables du marché. Plus leur nombre est important, plus le confort sera agréable. D’origine naturelle ou synthétique, la suspension peut être en latex. Il offre alors entre 3 à 7 zones de confort. Sa composition alvéolaire assure sa ventilation et le rend hypoallergénique. Le mousse à mémoire de forme s’adapte parfaitement à la silhouette, idéale pour celles et ceux qui souffrent de maux de dos. Bien sûr, il existe aussi un matelas en mousse polyéther ou polyuréthane qui sont à privilégier pour les enfants voire plutôt les couchages d’appoint. 

Sélection du meilleur matelas : les compléments

Si le matelas est à choisir avec soin, il convient aussi de prendre en compte les nombreux facteurs susceptibles de perturber le sommeil, à plus forte raison si l’on est un grand voyageur d’affaires. Exit le café, le thé ou l’alcool avant d’aller se coucher tout comme la menthe, la cannelle, le citron ou encore l’eucalyptus qui stimulent le système nerveux et empêchent de trouver le sommeil. Rien de tel que de ventiler, d’aérer la chambre quotidiennement pour réduire la pollution sans oublier de se prémunir des nuisances sonores pour bien dormir. Certains médicaments (diurétiques, corticoïdes, bêtabloquants, antidépresseurs ou encore vitamines notamment) sont reconnus pour gêner l’endormissement, mieux vaut en parler avec son médecin avant de les prendre aux heures du coucher. Exit aussi les écrans, la faim, le froid glacial qui perturbent le sommeil … autant d’astuces pour dormir du sommeil du juste. 

Post Navigation